Mieux manger pour sauver la planète



Début Janvier 2011, est paru le rapport Agrimonde, qui répond à un sujet vital: comment nourrir les 9 milliards d'Humains qui peupleront la Terre en 2050? Pour éviter une crise alimentaire, donc une crise sociale et environnementale, les scientifiques ont une réponse: elle se trouve dans nos assiettes! Pour sauver la planète, il faut mieux manger!

Commencé en 2006 par les chercheurs de l'INRA (institut scientifique de recherche agronomique) et de la Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement), le rapport montre que la façon de se nourrir des pays développés n'est pas durable. Si tous les Hommes se nourrissaient de cette façon, il faudrait augmenter la production agricole de 70%! Les ressources naturelles sont insuffisantes, les scientifiques ont donc développé plusieurs solutions.

1. Une nourriture mieux répartie

Un individus devrait consommer 3000 kilocalories par jour en moyenne. Cependant, cet apport est variable selon les humains, à cause de la différence d'alimentation. Par exemple, un Africain Subsaharien a un apport moyen de 2300 kilocalories par jour alors qu'un Américain a au contraire un apport moyen de 4500 kilocalories journalier! La nourriture des pays développés, en plus de ne pas être durable, est dangereuse pour la santé: elle est en cause de l'augmentation de l'obésité, du cholestérol, des crises cardiaques ou encore de diabète.

2. Moins de gâchis

Environ 30% de la nourriture achetée est jetée par les consommateurs dans les pays développés! Le problème vient souvent des dates limite de consommation optimale, qui sont souvent confondues avec les dates de péremption! Les produits sont encore comestibles, mais risquent d'avoir un goût ou une texture altérée: pas de raison pour les jeter!
En ce qui concerne les dates de péremption, elles peuvent être un peu dépassées pour certains aliments. Pour le poisson ou la viande cela reste risqué mais les yaourts peuvent se manger plusieurs jours après la date de péremption.

3. Manger moins de viande

Les scientifiques insistent particulièrement sur ce point. Selon la FAO (organisation mondiale pour l'agriculture et l'alimentation), la consommation de viande est responsable de 70% de la déforestation et de 20% de la pollution mondiale!
Manger moins de viande permettrait également de consommer moins d'eau, en effet il faut en moyenne 13 000 litres pour préparer 1 kilo de boeuf contre seulement 100 litres pour 1 kilo de pommes de terre.
Manger mieux signifie donc manger plus de produits d'origine végétale.

4. Une alternative à la viande?

Et si nous mangions des insectes? Si cette pratique est considérée comme écoeurante dans les pays du Nord, elle ne l'est pas dans de nombreuses régions du monde, notamment Asiatiques.
La recherche montre que 100 grammes d’insectes couvrent plus de 100 % des apports journaliers recommandés en minéraux et en vitamines.
Sachez également que la loi autorise la présence de fragments d'insectes dans certains aliments commercialisés. Ainsi, un Français consommerait déjà 500 grammes d’insectes par an!

A vos fourchettes , vous savez maintenant comment adapter votre alimentation pour sauver la planète.