Eric Lorin sous les projecteurs du magazine J3E dédié aux luminaires et l'éclairage dynamique

Le PDG de MEGAMAN, Eric Lorin nous expose sa maîtrise des lampes LED (Diode électroluminescente ou pour les bilingues, light-emitting diode) ainsi que leur nécessité pour un monde plus durable.




« Après la maîtrise des fluocompactes,

 Celle  des LED et la conception de luminaires »

 Il y a un an, à Shanghaï, Liu Shiping, secrétaire général de l’Association chinoise sur d’éclairage, a rappelé les risques de pollution posés par les lampes fluocompactes, tant au niveau de leur production que de leur élimination. D’aucuns diront qu’il s’agit d’un « mea-culpa » quelque peu tardif ; mais il illustre tout de même un début de prise de conscience environnementale des autorités chinoises. La  marque Megaman en témoigne.

 En septembre dernier, Foo Onn Wah et Lee Wing Tak, respectivement Chairman et  CEO de la société hong kongaise Neonlite Electronic & Lighting, plus connue dans 90 pays sous la  marque Megaman, ne cachaient pas leur satisfaction en présentant leur premier rapport de développement  durable. « Ce rapport démontre notre engagement » ont-ils souligné de concert en confirmant avoir adopté la philosophie « Life in Light » ainsi qu’une stratégie de gestion durable d’un point de vue économique, environnemental et social.

 D’abord les fluocompactes

« L’aventure » remonte déjà à une quinzaine d’années. A cette époque, les deux partenaires font l’acquisition de la marque Megaman. A partir de leur outil industriel implanté à Xiamen,  au sud de la Chine, ils se lancent dans le développement de lampes fluocompactes. En référence aux directives européennes RoHS et en appliquant les principes de l’éco-conception, l’entreprise investit dans la R&D pour intégrer l’amalgame (composé de mercure sous forme stable et solide) afin  de réduire l’impact du mercure liquide sur l’environnement au prix, toutefois, d’une légère augmentation du temps d’allumage. « Il a été ainsi possible de réduire à 1,63 mg le taux moyen de mercure utilisé dans ce type de lampe » souligne Eric Lorin, Président de Cidelec, distributeur exclusif de Megaman en France. Une façon de devancer les exigences européennes qui, pour les fluocompactes de moins de 30 W , imposeront moins de 3.5 mg de mercure par lampe, dès le 1er janvier 2012, et moins de 2.5 mg le 1er janvier 2013

Aujourd’hui, les LED

C’est en 2009 que Megaman a lancé une gamme de réflecteurs LED « parfaite solution de remplacement des lampes halogènes et incandescentes en termes  d’encombrement, de flux, d’angles et de températures de couleur explique Bastien Gignoux, responsable « développement commercial- division professionnelle » chez Cidelec. Par exemple, la lampe LED « AR 111 » de 10 W remplace le réflecteur halogène« AR 111 » de 50 W. Disponible en deux températures de couleur (2800 K- IRC 85 ; 4000 K-IRC 92), elle diffuse une lumière de 16000 cd à 8° d’angle de faisceau et de 1400 cd à 45° d’angle.

La technologie Réflecteur LED développée par Megaman  (brevet TCH, Thermal  Conduction High Way), garantit une dissipation efficace de la chaleur et permet d'excellentes performances d'éclairage avec une grande stabilité de la couleur (+ /- 100K), un contrôle précis du faisceau et un maintien du flux lumineux à 90% du flux initial en fin de vie. Des réflecteurs LED qui ont le rendu de l’halogène mais durent 13 fois plus longtemps et consomment 5 fois moins d’énergie.

  Demain des luminaires

Neonlite International compte parmi les 162 membres du consortium Zhaga dont l’objectif vise à élaborer des spécifications permettant l’interchangeabilité des modules LED au sein des luminaires. Créé en février 2010, ses membres se réunissent régulièrement en Asie, aux Etats-Unis ou en Europe, la coopération entre toutes les parties  de la chaîne de valeur étant essentielle au sein du processus de standardisation. « Elle est aussi essentielle pour mieux appréhender la conception de luminaires qui représente la prochaine étape de développement » conclut Eric Lorin.

  Développer le réseau pro

Actuellement, Eric Lorin estime qu’en France, Megaman couvre près de 10% du marché des lampes éco-énergétiques ; principalement avec les fluocompactes mais, de plus en plus, grâce au développement des produits LED.

Si, aujourd’hui, 30% des ventes de Cidelec passent par le canal de la distribution professionnelle, « notre objectif est de porter ce taux à 60% d’ici 2014 » vise Eric Lorin en soulignant, qu’au niveau des LED, la gamme « Prescription » leur est dédiée.

Sources : J3E, édition spéciale éclairage dynamique, décembre 2011


A voir : http://www.megaman.fr/fr/