Une mode sans pollution chez Zara?


Mardi 20 Novembre 2012, Greenpeace a publié un rapport intitulé «Les dessous toxiques de la mode». L’ONG dénonce l’utilisation de substances toxiques dans la fabrication de certains vêtements de grande marques de prêt-à-porter. 

En 2012, Greenpeace achète des échantillons de vêtements de vingt marques, fait analyser ces échantillons et découvre des éthoxylates de nonylphénol dans deux tiers des échantillons. Au contact de l’eau, cette substance se transforme en nonylphénol qui peut perturber les fonctions hormonales et porter atteinte à la fertilité. Si cette substance n’est pas directement néfaste pour l’homme car elle ne peut pénétrer la peau, elle se déverse dans les égouts lors du lavage des vêtements, et menace la faune aquatique. Greenpeace a trouvé des colorants cancérigènes dans deux produits de la marque Zara.

Suite à cette publication et aux nombreuses opérations de militants devant les boutiques Zara de plusieurs villes du monde, le groupe espagnol s’est engagé à retirer toute substance chimique dangereuse utilisée dans la chaîne de production d’ici 2020. Elle a proposé un calendrier concernant l’élimination des produits toxiques les plus dangereux. De plus, la marque va imposer à la plupart de ses fournisseurs la transparence au sujet des rejets de produits chimiques dans la nature d’ici 2013.