Tendance : les potagers collectifs

Concept New Yorkais, les potagers partagés envahissent les capitales européennes ! Il est désormais possible d'avoir la main verte tout en habitant dans une grande ville. 


C’est dans les années 70 à New York que sont nés les premiers Community Gardens sous l’influence de l’artiste Liz Christy. Énervée de voir des terrains abandonnés dans sa ville, elle monta des opérations de  jets de « bombes de graines » afin que la nature puisse reprendre sa place. En 1973 elle ouvre le premier Community Garden. Aujourd’hui il en existe plus de 600 rien que dans la ville de New York ! Cet engouement s’est renforcé ces derniers mois grâce à l’épouse du président américain, Michelle Obama, qui n’hésite pas à vanter les mérites du jardin potager partagé de la Maison Blanche. 

Liz Christy instigatrice des Community Gardens
Source photo : www.pps.org

Michelle Obama, adepte des potagers partagés
Source photo : fr.chatelaine.com

Véritable phénomène, la création de ces nouveaux potagers a également pris place dans de nombreuses capitales européennes. À Londres bon nombre de restaurants ont reconverti leurs toits en potagers collectifs. À Berlin, le potager Prinzessinnengarten recouvre un espace de 6000 mètres carrés et propose des apéros concerts ouverts aux habitants du quartier.

En France les potagers collectifs ont pris de l’importance dans les années 2000. De nombreuses villes ont mis en place des terrains à destination de l’agriculture citadine.
La ville de Paris par le biais de son programme « MainVerte » créé en 2003, tend à aider la création des potagers collectifs. 

Jardin partagé "Papilles et papillons" dans le XX° arrondissement de Paris
Source photo : www.lemagazine.info

Bien que le but premier soit de pouvoir  cultiver et profiter de ses propres récoltes, les jardins partagés ont également des visées sociales et environnementales. Ils permettent en effet de rapprocher des personnes d’âge, de sexe et de cultures différents. Ils mettent en avant le partage et le savoir. Ils sont également un réel avantage économique car ils permettent aux familles d’économiser près de 1000 euros par an. De plus, au niveau environnemental, les potagers partagés favorisent la création de nouveaux espaces verts dans des villes souvent dénuées de verdure. 


ELODIE T.