Le Pays Bassari Classé au patrimoine mondial de l'UNESCO


Le  Pays Bassari a été classé au patrimoine mondial de l'UNESCO


Le paysage culturel Bassari est situé dans le sud-est du Sénégal, à proximité des frontières avec le Mali et la Guinée, dans une région de collines formée par les contreforts septentrionaux du massif Fouta Djalon.

Le paysage comprend deux environnements géographiques distincts : la plaine alluviale et la pénéplaine au nord et les montagnes au sud.



La plaine alluviale
et la pénéplaine


Couvertes d’une mosaïque de parcelles cultivées, de prairies et de savane boisée, la plaine alluviale et la pénéplaine permettent aux peuples Bassari, Bédik et Peuls de vivre de leur usage particulier de la terre :
l’assolement et la fumure y restent la base de l'agriculture.
Les semailles, le désherbage et les récoltes collectives sont imposés par les systèmes agricoles traditionnels et par la rareté relative des ressources.

Les sociétés locales  représentent ainsi un exemple exceptionnel de l’interaction humaine avec un environnement vulnérable.







Les montagnes

Relativement haute et abrupte, parsemé de grottes naturelles,
Les montages ont par le passé offert  un environnement particulièrement propice à l’établissement de différents groupes culturels et à leur défense, comme en témoignent les nombreuses trouvailles archéologiques faites dans la région.



 Les habitants

Le pays Bassari se compose de trois territoires : la zone de Salémata territoire des Bassari celle de Bandafassi terre des Bédik et celle de Dindéfello appartenant aux Peuls, présentant chacune des traits morphologiques particuliers. Les peuples Bassari, Peul et Bédik se sont installés entre le XIe et le XIXe siècle et ont développé des cultures spécifiques, vivant en symbiose avec l’environnement naturel.

 Les villages des Bédik sont formés de groupes denses de huttes avec des toits de chaume pentus.



Le paysage Bassari est quand à lui organisé en terrasses et en rizières, entrecoupées de villages et de hameaux.



Les expressions culturelles de ses habitants se manifestent par des traits originaux dans leurs pratiques agropastorales, sociales, rituelles et spirituelles et représentent une réponse exceptionnelle et originale aux contraintes imposées par l’environnement et aux pressions anthropiques. Le site est un paysage multiculturel extrêmement bien conservé abritant des cultures autochtones originales et toujours vivantes.

Voilà une belle victoire pour tous ceux qui se battent pour préserver notre planète !

Source: UNESCO